En octobre 2017, je me suis rendue au Parc des Expositions de Bordeaux en tramway. J’ai été d’ailleurs agréablement surprise de constater qu’une grande partie des avocats utilisaient également ce mode de transport.

Après une longuuuuue marche (peut être trop longue pour une personne qui avait décidé de mettre des talons) le long du lac, je suis arrivée dans le hall de la Convention Nationale des Avocats ou CNDA pour les intimes.

Lac Bordeaux

De charmantes personnes coiffées de chapeau de paille m’ont remis un programme puis une mallette d’un container en possédant des centaines que j’ai envie de refuser. Trop tard, me voilà déjà chargée de sponsors. Je suis quand même là en mission, cette mallette peut contenir de précieuses informations, je dois l’accepter. Et la porter toute la soirée…

Je me suis d’ores et déjà fixée un plan d’attaque, j’avais déjà imprimé le programme préalablement. Bien sûr, une fois sur place, rien ne s’est pas du tout déroulé comme prévu. J’ai passé beaucoup de temps à chercher où je devais aller. Heureusement que j’avais téléchargé l’application mobile. Relativement pratique quand les informations sur le lieux des conférences étaient mises à jour. En réalité, je suis rapidement arrivée à me repérer en fonction des points « ravitaillement » (les bars).

S’est érigée devant moi une construction orange, massive. Cet objet étrange m’a interpellé. Je me suis avancée et je me suis aperçue que j’étais arrivée ! Le stand des incubateurs des barreaux. C’était l’heure. Il allait l’annoncer. A 19 h le 18 octobre 2017 à Bordeaux, le Réseau National des Incubateurs RNI était lancé, l’incubateur du Barreau de Montpellier annoncé et moi j’étais là ! Très intéressant pour moi, de constater que le numérique était grandement maîtrisé par certains avocats (je dirais une poignée)

Discours incubateurs RNI

Ma première fois !

C’est bien, allez vous me dire. Mais revenons en arrière : lorsque j’étais en poste, aucun de mes anciens employeurs n’avaient été aux précédentes conventions et même lorsque nous avions accueilli la convention nationale des avocats à Montpellier. Je n’ai donc jamais su à quoi servait cet événement. Certainement à rien puisque mes employeurs n’y allaient pas.

Pourtant, j’ai trouvé cette convention très intéressante voire indispensable. Je ne suis pas très objective, les étoiles se sont alignées pour moi puisque cette année, l’événement était placé sous le signe du numérique, du digital, de la communication… mon ancien et mon nouveau métier se réunissent. Le thème était aussi sur l’économie et les territoires, tout aussi intéressant pour me permettre de vraiment de me reconnecter à la vie des Cabinets.

Les évènements sympathiques n’étaient pas les plus importants

C’est souvent le cas, les discours protocolaires donnés par les personnalités sont prisés mais ce n’était pas pour moi, le plus intéressant.

Ce que j’ai beaucoup apprécié :

  • La conférence de presse du Réseau National des Incubateurs. Cet événement me tient tout particulièrement à cœur puisque l’incubateur au Barreau de Montpellier a été annoncé ce jour-là.
  • Les ateliers sur « comment bien communiquer en Cabinet d’avocats ». C’était un peu pour eux que je traversais la France. J’en attendais beaucoup. Maintenant je vais pouvoir mixer les obligations découlant du règlement intérieur des avocats avec les règles en communication digitale avec un soupçon de ma créativité.
  • L’atelier sur le rapport #HAERI que j’avais déjà lu avant de venir. J’ai pu avoir de nombreuses précisions. Et puis en petit comité à 8h30 du matin, c’est super agréable
  • Les repas dont un menu sans viande était prévu (je suis végétarienne), ce qui m’a permis de faire des rencontres très intéressantes (et même de futurs clients).
  • Le village de la Legaltech : rencontrer ces avocats qui ont fait le choix de créer un service ou un produit.

 

J’ai moins aimé

  • La plupart des stands…Je me doute que le mode de financement de la convention vient en partie de la location des stands mais le marketing agressif, au secours. Heureusement pour moi, quand je dis que je ne suis pas avocate, ils ne perdaient pas de temps avec moi.
  • Les discours officiels sauf celui du Bâtonnier de Libourne. Bon c’est-à-dire que si tu cites John Snow dans ton discours, je suis très attentive !
  • Les ateliers à côté des stands. Il y avait énormément de bruit. Heureusement pour moi je n’ai eu que très peu d’ateliers situés à ces endroits.

Le bilan est très positif pour ma part

Je ne suis pas allée aux soirées. C’est à dire qu’après 10 h de présence, 8 h d’ateliers et je ne sais combien de kilomètres de marche, je n’avais qu’une envie, aller me coucher !

  • 72 h sans mari et enfant
  • dans une ville sympathique (que j’ai visité en restant dans trois tramways)
  • des ateliers très intéressants pour ma nouvelle vie pro

J’espère que je serais encore de la partie pour la prochaine convention. Je n’ai plus qu’une question en tête , quel sera le thème dans 3 ans ? Visiblement le bonheur au travail est une question qui a été soulevée et qu’il faut traiter. Namasté!

méditation